• quatre mains fred et morganne

    Une sente fleurie borde la pente du bonheur.
    Le torrent caracole comme cogne mon coeur,
    Rencontre prévue après le lacet de la prairie,
    Seras tu là, sur l'herbe tendre comme promis !

    Un brin d’herbe qui glisse entre mes lèvres
    Mon âme qui erre sur les méandres de mon rêve
    Entendrais je le bruissement des blés couchés 
    Avant que tu n’apparaissent de ton pas léger ?

    le souffle un peu court le coeur battant,
    Je bondis comme une biche, mon bras se tend.
    M'allonge étourdies, je ploie sous tes baisers,
    Rencontre langoureuse de nos peaux, émotion à l'apogée.

    Est-ce bien toi que je sens sur mes lèvres ?
    Le poids léger de ton corps qui me donne la fièvre ?
    Je te sens si fragile et si forte à la fois
    La peur de t’étreindre monte en moi.

    Doucement, tendrement par touches légères,
    je descends sur ton corps, contact affamé de mes lèvres,
    Le brasier s'enflamme, je sens que tu ne reste pas de bois.
    Retournement dans le pré fleuri, viens sur moi.

    Ce n’est que légèreté qui glisse sur moi en ce lieu
    Ton corps qui se love sur le mien en nos jeux
    Ta bouche qui sait se faire délicate ça et là
    Notre folie qui prend possession de nous, pas à pas.

    Corps à corps éperdu de bonheur,
    charme et plaisir tout en douceur,
    Explose en moi pour me donner ton nectar,
    Moi la fleur sauvage qui t'ai conquis sur un regard.

    La douceur du moment d’après le corps à corps
    Toi à mes côtés, les yeux mi-clos qui t’endors
    Moi veillant sur notre amour au soir qui tombe
    Nous l’un et l’autre, côte à côte, sous l’ombre.

    @Morganne et Jean-Fred


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :