•  

    La lune se reflète dans la mer,
    je sombre dans tes yeux clairs
    Une vague s'enroule d'écume,
    Viens poétiser à la clarté de la lune

    Clair de lune

     
    Les étoiles brillent de milles feux
    Myriades de diamant dans ton iris bleu,
    Des dauphins s'approchent, rêve ou réalité,
    Mon coeur est d'or, ma seule pensée, t'aimer.

    Sur le lit à baldaquin, passe un ange.
    Surnaturelle cette nuit, tout est étrange.
    Offrons au ciel nos meilleurs pensées,
    Faisons un voeu, une étoile filante vient de passer.

    J'aimerais avec toi le jour tombé,
    Monter vers les étoiles pour en ramasser,
    Ceuillons à pleine main des pépites d'or 
    Riche de notre amour, s'endormir sous ce décor
    .
     
     

    Clair de lune

     

    votre commentaire
  •  

     

    En pleins et en déliés

     

    *******



    Tout est calme autour de moi, le silence est d'or,

    Ma plume glisse doucement sur le velin tout s'endort.

    L'encrier en faïence de Moustiers, prône ici, joli décor.
     Une encre pour écriture lascive sans enluminure en sort.

     

    Calme est mon âme, repos du poète,

    Ma voix n'a pas de place  c'est un fait.
    Dire des mots doux, m'a toujours satisfait.

    Passez des messages de douceur, parfait.

     

    Crier mon désespoir dans un silence de mort,

    Sans assourdir les autres dans la pièce qui dort.

    Cliquetis de mon clavier, ma voix sans timbre en sort.

    Rien ne trouble la quiétude c'est ça la jolie mort.

     

    Hurler  n'est pas un bon présage,

    Le graffer en mots "hurlants" me paraît plus sage.

    L'écriture est dit-on le savoir des ânes,

    Moi je dis non, blasphème mon coeur se damne.

     

    Ecriture gothique, écriture en  pleins et déliés,

     

    Sans dire du mal de son voisin à gorge déployée.

     

    Morganne

     


    votre commentaire
  • Amitié douloureuse des toujours

    Petite enfance partagée avec complicité,

    Connivence familiale d'union arrangée.

    Petite femme épousera petit homme au sortir de l'adolescence,

    Parents enchantés, ravis, de cette mise à convenance.

    Séparation de deux jeunes, éloignement de contrées,

    Doucement petite fille se trouva un grand nombre de fiancés,

    Fiancés d'un jour, fiancés de toujours, petite fille s'est mariée.

    Heureuse d'inviter à son mariage, son ami de toujours,

    Sans arrière pensée elle voulait qu'il voit son grand Amour.

    Grand garçon, triste à pleurer, est arrivé pour le grand Jour,

    Ils se connaissaient oui, ils avaient partagés,

    Mais pas ce jour béni pour elle où un autre elle a épousé.

    Jeune homme avait douloureusement compris,

    Son amie qu'il aimait en secret avait un mari.

    Ils se connaissaient, ils s'aimaient,

    Mais elle d'un amour d'enfance, simple amitié parfait.

    Ils se connaissaient, ils s'aimaient,

    Mais pour lui, amoureux d'elle jusqu'à la démence.

    Longue à été cette séance.

    Ne pas se voiler la face,

    Ne pas laisser décider les autres à sa place,

    Jeune homme dégouté, épousa une autre fille à sa portée,

    Il fut heureux  peut être ? il eu un bébé.

    Mais deux années après il avait divorcé.

    Ils se connaissaient, ils s'aimaient,

    Ne pas se voiler la face

    Trois êtres malheureux, pour des paroles bavassent.

    C'est adorable, un amour d'enfants,

    Faire très attention pourtant.

    Ils se connaissaient, ils s'aimaient.

    L'une riait, et l'autre pleurait.

     

    Cette petite fille c'était moi.

     

    Morganne


    votre commentaire
  • Ami-amour

    Comme sur le balancier du temps, j’oscille,

    De toi à lui, notre amour est impossible.

    Comme une barcasse ondulant par les vagues,

    Je t’aime, ami-amour et je divagues.

     

    Serais-ce cela l’amitié, je reste les bras ballants.

    Partagée depuis peu entre amitié et amour insolent .

    J’ondule au son de ta voix qui me rend crédule,

    Tic tac prononcé de mon cœur qui fait la pendule.

     

    Légère comme une plume à tes mots je frémis,

    Tournoyant, revenant vers toi, je file vers l’infini.

    Dans tes bras ployant frêle, je suis à l’agonie.

    Nos mots apaisants, enivrants, mêlés je m’enfuis.

     

    Nous rencontrerons nous un jour, mon ami-amour ?

    Dans une grotte, en bas de la falaise, en haut d’une tour ?

    Pensons très forts à nous vers la nuit qui tombe,

    Faisons de nos cœurs de nos corps une ronde vagabonde.

     

    Il fut un temps, pas très loin pourtant,

    Où notre amitié était unique, mais un jour cependant,

    Un jeu, jeu de l’amour innocent,

    A fait basculer l’amitié en amour à nos corps défendant.

     

    L’araignée du désir a tissé sa toile,

    Moi avec tes paroles je rejoins les étoiles.

    Calins-calinous de tendresse, ta voix est de velours

    Nuit de pleine lune, Ami-amour, c’est ça je pense l’amour.

     

    Otages de l'araignée, restons nous, simplement.

     

    Morganne


    votre commentaire
  •  

    Sous l'oeil de l'ange

    Comme une âme montant au firmament,

    Voir le monde d'ici, c'est géant.

    Sortir de sa vie, de son corps et le désirer vraiment,

    Croire que tout est possible c'est un choix dément.

    Les étoiles de la vie, les plus belles sont celles des yeux d'enfant,

    Sans overdose, savourez l'instant, où notre coeur se noie dedans.

    Qu'importe la vie, qu'importe le temps,

    Vivre ou mourir pourquoi choisir le ciel sait le moment.

    Où il nous rappellera avec ou sans notre consentement.

    La fatigue de l'instant présent, la vie que je même maintenant,

    Moi qui déjà est passée près de la mort c'est évident.

    Sourire à tout moment, oublier les rancoeurs et suivre le vent.

    Le vent de la paix, le vent de la vie de l'occident,

    Je prône haut et fort qu'on devrait pourvoir  choisir son moment,

    Et partir de la vie vers l'au delà, d'un coeur vaillant.

     

    Morganne

    Sous l'oeil de l'ange


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique