• petit tout mignon poupon sorti du ventre de maman,

    Je souris aux anges, c'est le premier rêve il est là je le sens.

    J'ai six mois je suis un grand,

    La nuit je pars dans les songes, chaperon rouge et mère grand.

    Le temps passe ainsi va le temps,

    La nuit je ne m'endors plus aussi facilement, mon oreille entend les loups hurlant.

    Je serais un fier combattant,

    Mais les loups gentils ca existe pourtant.

    Maintenant sur de moi dans ma vie d'adolescent,

    Sur de moi à moitié je rêve de la belle au bois dormant,

    Celle qui me donnera un baiser moi le prince charmant.

    Mal dans mon corps qui n'est ni adulte ni enfant,

    S'en aller la nuit vers le ciel étoilé c'est géant,

    Je retrouve mon aisance, mes coups de folies de mes seize ans.

    Soudain le ciel se vrille sous les éclairs,

    Coup de tonnerre,

    Roulement de tambour, je veux en découdre

    Ma mie et moi, le coup de foudre..

    Rêve ou réalité,

    Nu n'est besoin d'être grand pour s'évader,

    Dans les milles et une nuit de la volupté,

    Tendrement blottis dans les bras de Morphée..

    Morganne

     


    votre commentaire
  • Jour de peine,

    Jour de douleur,

    Non pas de haine

    Mais très mal au coeur. 

    Mort trop rapide pour toi,

    Belle mort on me répète,

    Mais une petite fille va naître et auraient eu besoin de tes bras,

    Comme les deux petits blondinets à la peau claire.

    La mort n'est qu'un passage, tu passes dans la pièce d'à côté,

    Même si la mort  ne me fait pas peur,

    C'est dur pour les proches, trop vite  et pas de séquelles, mais un départ précipité,

    On m'a dit que c'était ton heure  !!!!

    Je crois qu'il te restait à faire beaucoup de choses encore,

    Mais la vie en a décidé autrement,

    Le sang n'a pas coulé normalement dans ton corps,

    Ton coeur a dit stop, une étoile de plus au fimament..





     



     

    Morganne


    votre commentaire
  • armonie de deux êtres

    0 uverture d'esprit peut être

    P assion dans le tissu de tout notre être

    mbrasement, total bien être

     

    Parce que tous les deux on y a cru

    **** 

    Un brin de folie m'a poussé jusqu'à toi,

    Mais on n'avait pas le droit.

    Un chant débridé nous a fait nous rencontrer,

    Sur le chemin de l'amitié.

     

    Mais on est bien,

    Parce qu'on y a cru.

     

    Chaque nuit j'attends le passage du marchand de rêves,

    Il me mène à toi pas de trève.

    Là on a tous les droits,

    De se rejoindre avec émoi.

     

    Et on est très bien,

    Parce qu'on y a cru.

     

    Sur la sente du bord de mer on s'est aventuré,

    L'odeur des cystes et des lavandes, nous a enjolés.

    Là, main dans la main on a poursuivi,

    Le chemin des douaniers et on en est tout ébahis.

     

    La mer, le soleil, le droit de s'aimer on l'a,

    Parce qu'on y a cru..

     

    L'amour cela vient cela va comme une amourette qui passait par là,

    Dans un port où le parfum de l'iode Avec le tien m'ensorcela .

    Sur une plage abandonnée en contrebas,

    Comme des fous on a plongé nus à minuit, trop bien cela.

     

    L'océan, l'eau salée, deux corps se sont trouvés.

    Parce que jusqu'au bout ils y ont cru..

     

    Morganne

     


    votre commentaire
  • Voyage Voyage




    Voyage, voyage, tu n'es pas une illusion,

    Plus une promenade, avec chanson.

    Quitter la terre ferme, prendre l'avion,

    Je me sens des ailes, quelle destination ?



    Roses blanches de Corfou, île des Cyclades

    Atterissage en douceur au pays des cigales.

    Premier regard, la mer turquoise, les fleurs, le soleil,

    Rêver de ses vacances, les vivre, exceptionnel.



    Bateau tu nous ennivres, les dauphins nous guident, Paxos, Antipaxos,

    Odeur d'iode, cryptes et grottes sous la  mer ionienne jusqu'à Gaïos.

    Une plage de sable blanc, non plongeons dans l'eau aux grands fonds,

    Liberté de nager, avec les poissons, dans cet univers vert bleu Lagon.



    Pour la journée derrière nous Corfou, la Grèce nous accueille

    Chaleur intense, les météores nous attendent dressées vers le ciel,

    Des marches il nous faut gravir pour atteindre le sommet,

    Piton rocheux où se trouve perché un monastère, fief des Moines.

     



    Plage et mer idyllique, Corfou quand tu nous tiens,

    Au bord de mer,  lauriers roses,  cascades de volubilis  on y revient.

    Sur les traces  de la mythologie ancienne,

    Ces îles, ces villages blanc et bleu ont fait notre conquête.



    Vacances pas très loin, trois heures d'avion de la France,

    Dans nos yeux au retour une espérance,

    Revenir,  regret, pas de roses blanches de Corfou,

    Toutes les couleurs, mais cela veut dire je t''aime je pense à vous.



     

    Morganne. 


    votre commentaire
  •  

    bille de verre,

    Agate aux couleurs extraordinaires,

    Roulant sur le sable, poussée par les doigts agiles

    D'un petit garçon à la peau claire fragile.

    Bac à sable dans un jardin public

    Baby love, pour toi cet endroit est unique.

     

    Sur les terrains vagues des favellas, enfant de la misère

    Une bille de terre, d'argile une petite boule de bonheur mystère

    L'esprit du rêve a repris, cette chose est la terre à l'infini.

    Roule, enlève ta léthargie envole toi avec elle vers le paradis.

     

    Une petite boule,

    La terre qui roule,

    Un tapis qui se déroule,

    Un mystère qui déboule.

     

    Dans un simple roulement, la bille devient jaune,

    Partie avec elle dans le lumière magique d'un autre continent,

    Vers un hémisphère où le vers à soie tient le haume,

    J'ai dérivé sans savoir inconsciemment..

     

    Allongée dans un champ aux fleurs multicolores,

    Fauché de frais, devant moi un bille transparente, j'en rêve encore.

    A travers elle je me projette dans une galaxie où tout est indolore,

    Aucune tornade, le bonheur translucide, la vie dans ce champ est d'or.

     

    Photo de "Doisneau", noir et blanc,  revenir sauter dans la vie d'antan;,

    Enfants sages studieux sur la photo, en blouse grise

    Comme un jet de lumière, portant mes yeux en avant,

    La vie de l'oeil de chat est exquise.

     

    Bille qui roule n'amasse pas mousse,

    Bille aux feux transparents de beauté,

    Dans mon coeur la tendresse ne s'émousse,

    Dans mon coeur j'en fait ma propriété.

     

    Morganne

     

    (poème sous copyright)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique