• Donner plus qu'à l'ordinaire par Morganne

     

    Regardez ces enfants courrir dans le jardin public,

    Egaux dans leur rire, dans leurs jeux, un bonheur unique.

    L'espace vert est à tout le monde il ne coûte rien,

    Ils sont tous égaux ces gentils gamins

     

    Le froid de l'hiver mord avec les basses températures,

    les Ames, les corps, se couche sous les cartons dans la nature.

    Le Samu social donne le meilleur d'eux,

    Mais ils sont fiers les sans logis, et un peu peureux.

     

    Quand arrive l'hiver, arrive la grande misère,

    Coluche leur donnait un peu de grains comme on donne aux oiseaux voletant dans l'air.

    Je souris toujours en regardant les miens qui sont des geais et petites mésanges bleues,

     Chacun son étage, chacun sa façon, donnons des boules dans les arbres pour eux.

     

    Donner plus qu'à l'ordinaire par Morganne

     

    Petite mamy isolée vraiment dans notre société,

    A l'approche des fêtes, pas un sourire plutôt de l'anxiété.

    Allons un petit effort, une courte visite, une petite douceur.

    Un vrai sourire, qui vient du fond du coeur.

     

    Et ses amoureux du destin, séparés par la distance,

    Essayons de les rapprocher en silence.

    Bien souvent j'ai le sourire aux lèvres,

    Malgré que des larmes perlent sans trêve.

     

    Je n'aime pas les fêtes mais j'aime donner.

    Donner oui donner, donner n'importe quoi pour aider,

    Un sourire, une pièce, un bol de liquide chaud, un peu de bonheur.

    Si simple en vérité de faire le bien, repoussons fort le malheur.

     

    Je sais je suis là, je ne suis pas grand chose,

    Mais si personne n'essaie, le monde sera encore plus morose.

    Par temps gris nettoyons le ciel pour faire apparaître le soleil,

    Pour qu'il n'y ait sur terre que Monts et Merveilles

     

    Morganne

    comme disait Mr de la Fontaine on a toujours besoin d'un plus petit que soit.


    votre commentaire
  • Challenge de Princesse des cieux

     

    Sensualité

     

     

    Ma tête posée au creux de ton épaule, t'assaille de mille baisers et caresses.

    Tes yeux me dévisagent et nos souffles se mêlent ; je sens monter l'ivresse.

    Avec sensualité, mes mains frémissantes parcourent tes cheveux.

    Ta bouche s'empare de la mienne d'un mouvement avide et audacieux.

     

    Le parfum délicieux de ta peau m'enivre et m'ensorcelle.

    Blottie entre tes bras, nos deux corps deviennent fusionnels.

    La musique des battements de ton coeur fait accélérer le mien.

    Lorsque tu fais glisser tes mains sur moi, je ne réponds plus de rien.

     

    Seul ton regard sombre a le pouvoir de me troubler ainsi.

    Le premier à avoir emprisonné mon coeur meurtri couleur rubis.

    Serré contre ton torse, mon corps exalte d'un désir brulant.

    Mon âme s'est éprise de la tienne et le sera jusqu'à la fin des temps.

     

    Morganne

     

     


    3 commentaires
  • Fable à la Morganne

     

    Ruse et sagesse

     

     

    Petit marsupial plein de sagesse, sur un arbre perché,

    Ronflait doucement pendant sa sieste adorée.

    Véloce renard pendant ce temps se disait,

    Par la ruse, dans le poulailler j'irai,

     

    Chaparder deux ou trois poulettes

    les plus belles, les plus replètes.

    Koala réveillé se nourrissait lentement,

    de son met préféré, sur son arbre aimant.

    Le roi des forêts, l'eucalyptus d'Australie.

     

    Fable à la Morganne

     

    Dans une région paysanne vivait Edouard

    Son nom lui allait comme un gant Edouard Renard.

    Fourbe cet homme pensait ! Tonin vite j'aurais

    les produits que tu cultives, tes volailles je chaparderais.

     

    Plus loin dans la forêt vivait la mignonne mamie

    Clara Koala tricotant sagement pour son ami

    Des gilets tout chauds. Tonin travaillait pendant que l'autre.

    Celui qu'elle détestait, le rusé et méchant Edouard se disant pauvre.

     

    Elle enfila prestement ses sabots pour la ferme à la lisière,

    Heureuse de faire don à ce sage et courageux Tonin Rivière.

    Approchant à petits pas elle vit Edouard chaparder une poule,

    Dans son esprit clara se dit je te piégerai sacripan, tu ne me roules.

     

    Edouard rentra dans le poulailler et clara Koala prestement referma

    Le rusé fut enfermé, a double tour, et grandmamie de son tour rigola.

    elle prévint Tonin et le gendarme arriva.

    Edouard ronchonnait, clara rigolait, et le gentil Tonin l'embrassa et la félicita.

    Fable à la Morganne

     

    Que vaut-il mieux,

    être rusé et voleur,

    que sage et rieur.

     

    Rusé en menottes

    et sage en douce culotte.

    ou rusée et sage comme Clara la rigolote

     

    Fable à la Morganne

     

    Sagesse vaut mieux que ruse,

    cette fable je la livre sans science infuse.

     

    Morganne


    votre commentaire
  • inimaginable imaginaire de Morganne

     

    Imaginaire, croire le développer sans peine.

    Le loger dans une tête de poupée de porcelaine.

    Délirer et rire de soi en brisant l'anathème.

    Vouloir que les prières soient exaucées lorsque l'on s'aime.

     

    Licorne blanche au pelage soyeux, belle demoiselle ailée,

    La faire sienne dans un rêve secret, laissez-la s'envoler

    Vers des contrées féériques, ce pays existe, imaginez !

    Mondes de lutins, des elfes magiques, luxuriante beauté.

     

    Règne des petits bambins sur la mousse, on dirait des chérubins,

    Regardez-les gambader, visages rieurs au zéphir de séraphins.

    Le paradis, les nuages, n'existent pas simplement au ciel,

    Sur terre, les prairies fleuries, immenses étendues démentielles.

     

    Fermez les yeux décollez sans perdre une seconde.

     

    Aveugle des misères, devant ce monde immonde,

    Le ciel et la terre sont en fusion, fuyons aux catacombes.

    Les plaques tectoniques sans chanson nous incombent.

    Quelle imagination, rêvons de la fin de notre monde.

     

    Morganne


    votre commentaire
  • challenge number two imagine de Morganne

     

    Tes yeux clairs se sont fermés,

    Quand ton âme s'est élevée.

    J'imagine grandmamie,

    Le bonheur quand hier soir tu es partie,

    Rejoindre, ta familles et tes amis.

    Je contemple les dernières photos de toi,

    Et imagine ton départ loin de moi.

    Une lumière s'est éclairée cette nuit,

    Et je regarde le ciel bouché, d'où je ne vois pas où tu luis.

    Reposes en paix grandmamie,

    Prendre un enfant par la main, nous a réuni,

    Tu voletais au dessus de nous et après tu es partie.

    Imagination débordante quand je pense à ce que tu fais,

    Je sais, oui je le sais que tout en haut est parfait.

    Tu brilles au fimament.

    Pour nous grandmaman.

    L'au revoir n'est qu'un passage,

    Où je te rejoindrais dans un autre âge.

    Une génération s'éteint.

    Mon imagination cavale et cela m'étreint.

    Imagine, Imaginaire,

    Ta bonté, ton courage est légendaire.

    Reste dans mon coeur.

    J'aurai en moi le bonheur.

     

    Morganne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique